Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

1913 2 HP de compétition


En 1911 on trouve Joseph Bernadou-Dacier, qui jusque-là avait participé à beaucoup de compétitions sur des machines Alcyon, pour la première fois sur une motocyclette Austral. Malheureusement, on ne connaît ni de photos ni de documentation des tout premiers types de motos de la marque.

1913 Joseph Bernadou-Dacier sur Austral, Paris-Tours
 
Le 13 septembre 1913, entretemps devenu directeur de la firme "Cycles Austral", Dacier est inscrit dans la course de  Paris-Tours avec une 250 cm³, 2 HP Austral. La photo de presse (Agence Rol, ci-dessus), qui le représente, est la plus ancienne image d'une moto Austral que nous connaissons à présent. 

Alcyon 2HP, 1910 et moteur

détail de la fourche de la motocyclette Austral de compétition, 1913Si l'on ne savait pas avec certitude que Dacier a remporté cette épreuve sur une Austral, on pourrait croire avoir affaire à une Alcyon. D'abord, la fourche élastique du genre pendulaire, avec un resssort à boudin sous cache est typique de cette marque, équipant déjà l'Alcyon 2 HP de 1910 (ci-dessus) – mais heureusement pour nous, le nom d'Austral est inscrit sur le cache-ressort (ci-contre).

En outre, le moteur est bien le 2 HP Zurcher (alésage x course 62 mm x 82 mm) à soupapes latérales et allumage par magnéto Bosch haute tension équipant également les Alcyon 2 HP (voir le détail agrandi ci-dessous).

Le carburateur n'est pas un Binks, dont la forme est très semblable, mais un Longuemare L.B. automatique avec correction d'air, commandé par manette double. La confirmation en donne un article dans La Presse du 26/3/1913, selon lequel Dacier remporta la première catégorie (250 cm³) au Circuit de Paris le 24 mars 1913 avec une Austral 2 HP munie de ce carburateur. Sur la même page on trouve aussi un article consacré au victorieux Longuemare L.B. ! (à voir en bas de la page).
 
Le carburateur Longuemare L.B. 1912 et 1913. Un carburateur Binks, 1913.

On remarquera sur le Longuemare L.B. l'emplacement de la prise d'air dans la partie inférieure du corps ("type vertical"), qui en plus est orientable. C'est surtout ce qui le distingue visuellement de son successeur, le Longuemare L.B.H.2  (série H = horizontal) des années 20 et du Binks anglais.
 
moto Austral de competition 1913, détail du moteur

Comme sur les Alcyon de course, la transmission est par chaîne, mais le système est different: sur l'image grossie on remarquera la chaîne primaire reliant l'arbre moteur au pignon du pédalier et derrière de celui-ci deux chaînes finales, une à chaque côté du pédalier, allant à une couronne respectivement de la roue arrière. Il en résulte untransmission par deux chaînes, dessin. rapport par chaque chaîne, enclenché peut-être par un système de crabots dans le pédalier comme sur le dessin, ce qui permet de se passer des pédales. La transmission par deux chaînes finales apparut en 1911 sur la Royal Enfield 2 ¾ HP V2, developpé par l'ingénieur suisse W. Guillon, et fut vite adoptée par Clément sur sa 5 HP Autocyclette (1912-1914), les chaînes étant placées côte à côte.
 
Il n'y a qu'un seul frein arrière à patin, commandé par pédale et tringle. Le réservoir en cuivre nickelé est toujours de forme cylindrique. Conformément à la nature de l'épreuve Paris-Tours, qui était un concours de régularité, notre Austral est munie d'un phare et d'un guidon large permettant au pilote une posture assez détendue. Cette moto nous donne une bonne idée du modèle Austral 2 HP (½) de commerce, également à moteur Zurcher 2 HP latéral, mais doté d'une transmission par courroie.
 
le carburateur Longuemare L.B. dans un catalogue de la SIA, 1914
 (agrandir)
 
article de presse 1913 sur le carburateur Longuemare L.B.



          
 



 

created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved