Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

1928 Type S.S



1927 Austral moto type supersport 350 cm3
Austral Supersport 1928 
 

Voici un nouveau modèle, le type Supersport à moteur L.M.P. 350 cm³ culbuté. La partie-cycle ressemble à celle des types D 27 et PC du millésime 1928. 

Voici les données techniques de ce type, comme elles apparaissent dans le document descriptif pour les Services des Mines:
Cadre: tubes d'acier soudés à l'autogène.
Moteur:  4 temps avec soupapes commandées par culbuteurs enfermés graissés automatiquement.
Alésage x course: 71 x 88 mm.
Cylindrée: 348, 409 cm³.
Puissance: d'après la formule administrative 4 CV.
Carburateur: à pulvérisateur et niveau constant commandé au guidon.
Allumage: par magnéto haute tension à avance variable.
Boîtes de vitesses: du type dit à pignons baladeurs, donnant 3 vitesses, un point mort entre chaque vitesse, commandées par un levier à main.
Débrayage: par disques multiples garnis de liège, placé sur la boîte de vitesses et commandé à la main par un levier au guidon.
Mise en marche du moteur: par kick-starter.
Roues: garnies de pneumatiques d’une section de 100 mm, le diamètre des roues est de 700 mm.
Échappement: le dispositif d'échappement est constitué par un tube de 40 mm de diamètre et 1 m 30 de long. A l'extrémité de ce tube vient se fixer un silencieux type trapézoïdal en tôle d’acier de 2 mm, terminé par une queue de poisson.
Transmission: la transmission de mouvement du moteur à la roue arrière se fait au moyen de deux chaines, l'une allant du moteur à l'arbre principal de la boite de vitesses, l'autre de l'arbre intermédiaire à la roue arrière.
Vitesse: à 2500 tr/minutes, la vitesse est de 69 km/h. [NdlA: il y a ici un erreur apparent dans la retranscription de la feuille des Mines fait par A. Brifflot: la vitesse sera de 99 km/h (en supposant que seulement le premier chiffre est erroné)].
Freins: la machine est munie de deux freins, un tambour de 200 mm à l'arrière faisant corps avec le moyeu et un tambour à l'avant. Le frein avant est commandé par un levier au guidon et l’arrière par une pédale placée à droite de la machine.

Il résulte des constatations effectuées par le service des Mines le 30 Janvier 1928, que la motocyclette type S.S est homologuée et qu'elle satisfait aux articles 21,22 et 23 du Code de la Route. L'essai fut effectué sur la machine numéro 755, moteur numéro 1574 .
 
1928,motocyclette Austal modèle Supersport

Selon le document des Mines, les silencieux fixés sur les tubes d'échappement sont du type pisciforme comme ceux du type GS. Les "drag-pipes" que l'on voit sur l'image ci-dessus ne sont donc pas conforme au type Mines.
 

Le moteur


Le moteur LMP 350 cm³ culbuté double échappement à volant extérieur fit son apparition en 1926, trois ans après l'association entre l'ingénieur Jean Poinsard et l'entreprise Lalo et Mignonac, sise rue de la Pointe, Romainville.
moteur LMP 350 culbuté de la motocyclette Austral type S.S. 1929
Alésage x course 71 x 88 mm, soit 348 cm³. Puissance administrative 4 CV, la puissance réelle, délivrée à 2500 tr/min, est inconnue.
Le vilebrequin est monté sur roulement à billes et la tête de bielle sur roulements à galets. Les tiges actionnant les culbuteurs sont montées côte à côte sur un arbre à cames unique et encloses dans un même tube assez étroit. Les culbuteurs sont enclos dans un boîtier étanche, venue de fonderie avec le cylindre. Ce boîtier laisse néanmoins les extrémités actionnant les queues de soupapes et les ressorts à l'air libre. Le graissage des culbuteurs se fait par le vapeur d'huile montant dans l'intérieur du tunnel. Celui du bas moteur est à huile perdu, assuré par une pompe à huile placée sur le pignon de la magnéto, qui, a son tour, est entraîné par cascade de pignons. La pompe à huile débite directement dans le carter.

 



Changement de vitesse
 
Le type S.S. est muni d'une boîte Staub 3 vitesses à embrayage multi-disques garnis de liège. La boîte est suspendue par deux goujons. 

Équipement d'éclairage éléctrique
 
alternateur Maglum
 
L'on distingue clairement dans l'illustration du catalogue (ci-dessus, à gauche) le boîtier rectangulaire d'un alternateur Maglum, monté sur le couvercle de la distribution du moteur et entrainé par le petit pignon de la distribution (l'accès à ce pignon que l'on trouve sur le couvercle de distribution de quelques moteurs LMP 350/500, obturé par une plaque en forme d'un trapèze inversé, voir Motocyclettiste nº 87 p. 8, paraît être une prise Maglum). Sur les moteurs qui ne disposent pas d'une prise Maglum dans le couvercle de la distribution, l'entraînement est assuré par chaîne (ci-dessus, à droite).
 
Magnéto Lumière LMC Maglum Record
 
Présenté pour première fois au Salon de 1927 par la Société Magnéto-Lumière L.M.C (Magnéto Lumière Courtot) à Sochaux (Doubs), l'équipement d'éclairage Maglum fut monté en série par beaucoup de fabricants de motocyclettes comme une alternative bon marché à un système d'éclairage avec circuit de charge (l'appareil fut proposé pour 400 F; Austral a facturé un supplément de 450 F sur la D 27-4 avec équipement Maglum). L'intérêt de cet appareil, qui produit un courant alternatif puissant, réside dans le fait qu'il exempte de la présence d'une batterie et d'un régulateur car il est autorégulant. La construction de l'appareil est simple: "un induit autour duquel tournent les masses polaires constituées par un rouleau métallique dont le régime est approprié au moteur sur lequel il est destiné" (Moto Revue).
 
Maglum photo et encart publicitaire
 
L'installation ne requiert qu'un simple fil pour alimenter le phare et le feu arrière, le retour se fait par la masse de la moto. Sur la photo on reconnaît sur le couvercle du boîtier la prise de courant à gauche et un entonnoir pour le graissage obligatoire toutes les 20 heures d'éclairage.





 

created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved