Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

Étienne Chéret



NPSFQQA

- Ne pas s'en faire quoi qu'il arrive -


C'était la devise que Chéret aimait bien écrire sur les side-cars et cyclecars qu'il employait en course. 

Très peu connu aujourd'hui, "l'homme au foulard rouge, mais à l'inaltérable sourire" (Moto Revue, août 1929), qui remportera la plupart des victoires pour Austral durant les années 1920, mérite bien à nos yeux ce petit hommage que nous voulons lui rendre ici. (vous trouvez ses participations et victoires dans le tableau en bas de la page).

 

Étienne Chéret 1932 portrait

                                                                                                    (Photo datant de 1932)

Étienne Henri Chéret, né le 26 juin 1886 à Neuilly-sur-Seine, commença sa carrière comme coureur cycliste. Il participa même, en 1912, aux Jeux Olympiques à Stockholm, où il prit la 89e place du "Men's Road Race, Individual", pendant que son équipe se classa 10e.

 

Etienne Cheret avec vélo de course 1913

                                              Photo 1913


Après la Grande Guerre, en 1921, il prend la 12e au Paris-Brest-Paris, déjà âgé de 35 ans. À l'instar de beaucoup d'anciens coureurs cyclistes à l'époque, Chéret se tourne vers le sport motocycliste. On le retrouve au guidon d'un vélomoteur Mascotte PS 125 au Bol d'Or 1923 (ci-dessous, en haut et ici) ainsi que lors de l'épreuve Paris-Nice, également en 1923 (ci-dessous, en bas). Cette même année, il gagne le groupe bleu (175 cm³) à la Coupe des Six Jours d'Hiver, faisant partie de l'équipe San-Sou-Pap, avec le pilote Sterny.

 

Etienne Cheret sur Mascotte P.S., Bol d'Or 1923


Paris-Nice 1923, l'équipe PS Mascotte. Chéret à droite.


Par la suite, il court avec beaucoup de succès pour Rovin pendant la saison 1924, avant qu'il ne devienne "pilote officiel" de chez Austral.

trois portraits de Chéret en 1924 avec la motocyclette légère Rovin 175 cmc
 

Etienne Cheret et Raoul Pegulu de Rovin 1924 avec des motos Rovin

Raoul Pegulu de Rovin et Étienne Chéret avec leurs motos Rovin le 2.5.1924, lors du Tour de France. Pesage des motos au laboratoire de l'A.C.F., boulevard Bourdon.


 Etienne Cheret et Raoul de Rovin, vainqueurs du Tour de France 1924 sur Rovin

Raoul de Rovin et Chéret étaient vainqueurs du Tour de France en 1924 sur Rovin-JAP 175 cm³

Bol d'Or 1924, Chéret sur Rovin
Le 8 juin 1924, Étienne Chéret et Decombard, lors du Bol d'Or

août 1924, Chéret départ pour l'épreuve Paris-Les Pyrénées-Paris, Porte d'Italie

En août 1924, Chéret participe à l'épreuve Paris-Les Pyrénées-Paris sur une Rovin 175 cm³.  Les photos ont été prises lors du départ, ci-dessus, et de l'arrivé, ci-dessous.

Chéret sur motocyclette Rovin

À partir de 1926, Étienne Chéret devient le "pilote maison" pour Austral. Mais pas toujours fidèle à la marque, il s'engage occasionnellement avec succès sur Thomann (1927 et 1928) et sur La Française Diamant (1928, ci-dessous). Durant la saison 1926, pourtant, il n'essuie que des échecs sur une Le Grimpeur 175 cm³.


Etienne Cheret 1928 sur une moto La Française Diamant

 

Le 11 décembre 1927, Chéret apparaît lors de la Course de côte de Gometz-le-Châtel sur une Austral avec sidecar très remarquable, la 350 cm³ 4 CV Supersport du millésime 1927, qui faisait le 120 à l'heure! (ci-dessous).
En avril 1928, Chéret remporte la Course de côte des 17 tournants à Dompierre, et en septembre 1928, il remporte le VII Meeting des Routes Pavées sur la même machine.


1928 Etienne Cheret sur Austral avec sidecar


Ci-dessous: lors d'un des deux épreuves - probablement le course de côte des 17 tournants - Chéret employait un équipement insolite: son Austral, la même que sur les autres photos, comporte un guidon double! Peut-être il tentait de s'en servir pour une posture détendue, ce qui est plus important dans le cas d'une moto attelée.
Je remercie sincèrement François-Marie Dumas pour l'autorisation de publier cette photo! (Découvrez son site Web moto-collection.org).
 

1928, Chéret sur Austral 350 cm3 avec sidecar
 

En mai 1928, encore une fois sur la 350 cm³ Austral attelée lors de la Course Automobile des Sept Kilomètres de Saint-Quentin (ci-dessous).
 

 Chéret sur 350 cm3 Austral sidecar en avril ou mai 1928


 1928, Etienne Cheret  sur Austral 250 cm3 avec  lauriers du vainqueur (Paris-Les Pyrénées-Paris)
 (source de la photo ci-dessus et des 2 photos ci-dessous: Zhumoriste)
 

Après sa participation au périple Paris-les Pyrénées-Paris de 1928 avec une Austral 250 à moteur LMP culbuté (ci-dessus), on le voit à la ligne de départ du Tour de France auto motocycliste 1930, mais ses apparitions au guidon d'une moto auprès de grandes épreuves commencent à se faire rare. Il ne participera qu'au Bol d'Or 1929 avec une C.P. Roleo attelée et encore une fois au Bol d'Or 1932 en catégorie 500 cm³. Dans les deux cas, il abandonne prématurément, et les deux fois il s'engage aussi le lendemain dans la catégorie de cyclecars!

Bol d'Or 1929. Chéret sur CP Roleo

               Au Bol d'Or 1929 sur une CP Roleo avec sidecar
 
Au Tour de France 1932, il se classe 4e sur une Gillet-Herstal 350 cm³ (voir la photo ci-dessous dont la légende a été evidemment inversée par erreur: le dossard est bien celui du Tour de France, le sidecar est absent et le bloc-moteur est de chez Gillet).

 

Etienne Chéret sur 350 Gillet Herstal, lors du Bol d'Or ou du Tour de France en 1932


Pendant les dernières années de sa carrière, Chéret s'intéresse de plus en plus pour les cyclecars et se distingue mème en tant que constructeur talentueux de ses propres engins. En 1928 il apparaît pour la première fois dans un cyclecar: le 26 août, il pulvérise tous les récords en catégorie 350 cm³ sur l'autodrome de Linas-Monthléry (Arpajon) avec un Zed Austral cyclecar à moteur LMP:

Etienne Chéret dans le 350 cmc Zed LMP Austral cyclecar à Montlhéry 1928
 

Etienne Chéret dans le Zed LMP Austral cyclecar à Montlhéry 1928


Chéret dans le Z LMP 350 cmc Austral cyclecar à Gaillon le 30 septembre 1928
  Chéret participe le 30 Septembre 1928 à la Course de Côte de Gaillon dans le Zed LMP Austral cyclecar (ci-dessus)

En novembre de la même année, il participe à la Coupe de l'Armistice et remporte la classe 350cm³ dans un cyclecar Austral à moteur LMP (ci-dessous).
 

Chéret participe à la Coupe de l'Armistice en novembre 1928 dans un cyclecar Austral

Quoique la mode de ces véhicules, en ce qui concerne la circulation routière, soit déjà dépassé dans les années 1930, on continuait à construire des cyclecars destinés aux courses automobiles, dont il existait une catégorie spéciale, qui leur était reservée.
 

Etienne Chéret dans le Jack-Sport cyclecar, muni d'un moteur LMP 350 ccm, environ 1929
 

1930 Etienne Chéret dans un cyclecar probablement à moteur LMP
Environ 1929, dans le cyclecar Jack-Sport à moteur LMP 350cm³.  


Dès 1930, "l'infatigable et courageux Chéret" (Match 6.7.1933) apparaissait au Bol d'Or et lors de diverses autres épreuves avec un cylecar "Sphinx Staub", mû par un bloc-moteur Staub de 252 cm³, et équipé de carrosseries différentes:

1931 Etienne Chéret dans le Sphinx-Staub cyclecar

Bol d'Or 1931 
 

cyclecar Chéret
(source dessin: Gazoline)
 

septembre 1931 à Montlhéry, Etienne Chéret dans le Sphinx-Staub cyclecarSeptembre 1931 à Montlhéry: Chéret dans le cyclecar Sphinx-Staub lors des Championnats de France de l'U.M.F.
vers la photo entière

 1932, Bol d'Or, Etienne Chéret dans le Sphinx-Staub cyclecar, gros plan
 

Environ 1936, après une participation à l'épreuve Paris-Nice et au Tour de France, Étienne Chéret apparemment raccrocha son casque, ayant la cinquantaine.

De sa vie privée, on sait seulement très peu:

plaque de cadre Cycle Chéret, environ 1914. Fort de son expérience cycliste, Chéret a commencé à construire des bicyclettes de sa propre marque. En 1914, nous entendons parler de la maison Cycles Chéret, grâce à une publicité (ci-dessous) et un article parus dans la revue L'Aero: en avril, le lundi de Pâques, lors de la fête printanière de Bezons (S. et O.), une course cycliste est organisée, qui comporte un "concours des cycles Chéret". Les prix étaient exposés préalablement maison Chéret, 48, Quai de Seine, à Bezons.

publicité cycles Chéret, 1914
agrandir

Après la Grande Guerre il n'y a plus de trace d'une fabrication de cycles Chéret. Un témoin de la production est la très belle plaque de cadre (ci-contre), propriété de la famille Grouésy.

Dans les années '20 Chéret habitait Pontoise (Seine-et-Oise), 61, Rue de Rouen.
Son gagne-pain était la mécanique: En 1929 il s'était associé avec un autre pilote de motocyclettes et voiturettes, André Desmoulin, et les deux exploitaient un atelier pour "le montage et la réparation de motocyclettes, sidecars et cycle-cars, avec siège 26, Allée d'Antin, le Perreux (Seine)". Entre-temps, en 1931, ils étaient déclarés en faillite, mais l'entreprise demeura quand même au moins jusqu'à 1935. Cette année-là elle apparaît pour la dernière fois dans les archives commerciales. 


Il était marié deux fois: le 10 janvier 1907, il épousa Jeanne Foichat, originaire de la Région du Bourget du Lac. Ils ont eu un enfant, Albert Chéret, né en 1906 à Paris. 
Le 10 décembre 1938, il épousa Suzanne Jeanne Versinger.

Étienne Chéret s'est éteint à l'âge de 80 ans, le 14 avril 1967 à Beauvais, Oise.

 

 Étienne Chéret, Portrait


Je remercie très cordialement Mme Christiane Grouésy (Chéret) pour les belles photos des souvenirs de la carrière sportive  de son grand-père, ainsi que pour les précisions concer
nant la famille de Chéret.

Chéret sur une moto Jack Sport, ca 1929

Étienne Chéret sur une moto Jack Sport à moteur LMP 500 cm³, environ 1929

Médaille Coupe de l'Armistice, Étienne Chéret 
 

Deux médailles splendides que Chéret a gagnées: Lors de la Coupe de l'Armistice en 1926 (ci-dessus), et comme vainqueur dans la classe motos 350 cm³ sur une Gillet Herstal lors de la Coupe de France de Tourisme en 1933 (ci-dessous).

 

Étienne Chéret

Ses participations et succès sportifs: 


 
1910

24 octobre 1910
Lors de l'épreuve cycliste "La Grande Consolation" à Pont-Carré, Chéret se classe troisième dans la catégorie amateurs. 

1911
 
10 décembre 1911 Sortie Hivernale de l'UVF (cycliste). Classement: 2iéme

 
1912     
 
 
1912, juin Stockholm, Jeux Olympiques. Men's Road Race, Individual (cycliste) classement: 89e.

17 novembre 1912 Chéret participe au Cross-Cyclo Pédestre Interclubs, disputé à Clamart, et se classe cinquième.

27 novembre 1912 Sortie Hivernale de l'U.V.F. (cycliste). Classement: 2iéme. 

 
1913
 
Chéret, portrait 19133 mars 1913 Cross Cyclo pedestre (cycliste). Class.: 1er

17 juillet 1913 Paris-Meaux-Paris (cycliste). Chéret sort deuxième de la série B.


1919

15 mai 1919 Étienne Chéret arrive premier dans le brevet de l'U.V.F.

 
1921     
 
 
Paris-Brest-Paris (cycliste). Classement: 12ième.

 
1922
 
1922, juin Paris, Parc des Princes. épreuves éliminatoires des Grand Prix, organisé par L'Auto. 100 km. vélomoteur 125 cm³ P.S.  (=Poinsard et Sivigny), class.: ?

 1923
 
17-22 janvier 1923 Six Jours d'Hiver. Coupe des Six Jours d'Hiver. Groupe bleu: Sterny et Chéret (équipe San-Sou-Pap). Classement: 1er.

14 février 1923 Paris-Nice. Vélomoteur 125 cm³ P.S.  (=Poinsard et Sivigny).

19-20 mai 1923 II. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye, Circuit de Loges, 5,8 km). 125 cm³ Mascotte P.S. (=Poinsard et Sivigny). (Dossard: no. 15), Classement: 1er.
 
7 août 1923 Course de Côte de Gometz-le-Châtel (900 m en côte et 100 m en palier). 125 cm³ Mascotte. 1h 7m 4/5. Class.: 1er ex aequo.

14 septembre 1923 Paris - Les Pyrénées - Paris. Chéret a dû abandonner, son vélomoteur "vaincu par d'innombrables crevaisons" (Le Petit Parisien).
 
1923, novembre Coupe de l'Armistice des Vélomoteurs, 210 km. Chéret remporte la classe 125 cm³  (professionnels) sur une Sanchoc. (Il s'agit d'un vélomoteur à moteur P.S. 123 cm³, 54 x 54 mm. En 1923, la P.S. devient Mascotte).

 
1924
 
2 mars 1924 Nice, Le kilomètre lancé. 175 cm³ Rovin. 39 s 1/5. moyenne: 89 km 910. Class.: 1er.
 

Arpajon 1924, Chéret dans le sidecar de H. Le Vack
1 mai 1924 Tour de France. 175 cm³ Rovin. Sans pénalisation. Médaille d'or.
 
 
7-8 juin 1924 III. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). 100cm³ Rovin. Classement: 1er.

6 juillet 1924 Journée des records, Arpajon. record sur 1 km, vélomoteur, sur 75 cm³ Rovin 51'' 4/5, record du monde!
 (agrandir la photo ci-contre)
 
13 juillet 1924 Lors de l'ouverture de l'Autodrome de Miramas, Marseille, une course de motos est disputée. Chéret remporte la classe de 250 cm³ (80 tours, soit 400 km) en 5h 3min 4sec à une vitesse de 96 km/h. 
 
17 août 1924 Paris - Les Pyrénées - Paris. 175 cm³ Rovin no. 2.  Class.: ? (Raoul de Rovin lui même participe avec la 175 cm³ Rovin nº 1).
 
 1925
 (Pas d'activité connu)
 
 
1926
 
1926, jan. Six Jours d’Hiver. 175 cm³ Austral, 1er ex aequo (équipe Austral: Dacier et Chéret).
 
1926 Six Jours de Nice. 175 cm³ Austral Confort Sport. Classement: 1er.

10 mai 1926 Journée des Records à Arpajon: Chéret sur moto Train 125 cm³ fait le kilomètre lancé en 36''50 (98,639 km/h), et le mille lancé en 58''93 (98,313 km/h). Il bat ainsi les records du monde.
 
22-24 mai 1926 V. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). Le Grimpeur. Abandon.
 
1926, août Paris - Les Pyrénées - Paris. 175 cm³ Austral. class.: 1er.
 
1926 Fontainebleau, Course de côte du Calvaire. 175 cm³ Le Grimpeur 1' 45''.
1926 Kilomètre de Dieppe. (kilomètre lancé) 175 cm³ Le Grimpeur, 41''. Class.: 2ième.

1926, novembre Chéret participe à la cinquième Coupe de l'Armistice sur une moto Dé-Dé 350 cm³  avec sidecar.
 
1927
 
1927 Cheret sur Austral type PC 250 cm3
1927, jan. Six Jours d’Hiver. 250 cm³ Austral (Dossard: nº. 20) class.: 1er.

4 avril 1927 Le Tourist Trophy Français à Montlhéry - Chéret participe dans la classe motos 250 cm³ avec une Austral. Il remporte sa classe le premier jour.
 
1927, mai Paris-Nice sur Austral. Chéret abandonne.
 
4-5 juin 1927 VI. Bol d'Or (Fontainebleau, Circuit de l'Obélisque 5,2 km). 350 cm³ Austral sidecar (passager inconnu. Probablement remplacé par un poids) 46,513 km/h. class.: 1er.
 
24 juillet 1927 Paris - Les Pyrénées - Paris. 250 cm³  Austral, type P.C. (Doss. no. 12). Class.: 1er ex aequo.
 
17 sept. 1927 VI. Meeting des Routes Pavées (Pont-à-Marcq) 13km. 1000 cm³ Jean Thomann sidecar (passager inconnu. Peut-être des poids). Class.: 1er.
 
1927, novembre Coupe Automobile de l'Armistice. 350 cm³ Austral sidecar. Class.: 1er.

1927, 11 décembre Course de Côte de Gometz-le-Châtel avec la 350 cm³ Austral attelée.

 
1928

 1928 jan. Six Jours d'Hiver. Groupe bleu: Chéret fait partie de la victorieuse équipe San-Sou-Pap. (Voir photo en bas de la page).

20 mars 1928 Paris Nice, motos 175 cm³ Chéret participe avec l'équipe San-Sou-Pap.
 
15 avril 1928 St. Quentin (Circuit de l'Aisne, 21,134 km). 350 cm³ Jean Thomann sidecar (passager inconnu. Peut-être des poids). Class.: 1er.
 
29 avril 1928 Course de Côte de 17 Tournants, Dampierre. 350 cm³ Austral sidecar. Class.: 1er.

10 mai 1928 Chéret remporte la classe motos 250 cm³ lors du Tourist Trophy Français sur une moto Rochester à la moyenne horaire de 62,500 km.

17 mai 1928 Course automobile des sept kilomètres de St-Quentin. 350 cm³ Austral sidecar. Classement: 1er, (9'25''2/5).
 
26-27 mai 1928 VII. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye, Circuit de la Ville, 4,18 km). 350 cm³ La Française / LMP sidecar (passager inconnu. Peut-être des poids) (Doss. no. 59) Class.: 1er. 
 
1928, juillet Paris - Les Pyrénées - Paris. 250 cm³ Austral (Mot. LMP, soupapes en tête). Doss. no. 10. 
Classement: 1er.

1928 Paris-Les Pyrénées-Paris, Chéret dans une virage
 
26 août 1928  Journée des records à Arpajon, Autodrome de Linas-Montlhéry.
Z Austral Cyclecar 350 cm³:
km lancé: 35''38; 101,752 km/h
km arrêté: 45''48; 79,155 km/h
Mille lancé: 57''06; 101,534 km/h
2e en 5km à 109 km/h en moyenne.           Class.: 1er.

15 sept. 1928 VII. Meeting des Routes Pavées (Pont-à-Marcq). 350 cm³ Austral sidecar (sans Passager) class.: 1er

1928, octobre Course de Côte de Gometz-le Chatel. 350 cm³ cyclecar Austral. 55" 4/5 moyenne 103,8 km/h. Class.: 1er.

1928, octobre Course de côte de Gaillon. Cyclecar Austral 350 cm³. 57 sec 2/5, soit une moyenne de 62,710 km/h.Class.: 1er.

5 octobre 1928
"Tourist Trophy" français à Montlhéry. Chéret sur moto Rochester 250 cm².

1928, novembre
 Coupe de l'Armistice. LMP Austral cyclecar 350 cm³. Class.: 1er.

23 décembre 1928 Le cross de Romainville. Chéret remporte la catégorie motos 250 cm². (marque inconnue) (23'20'').

1929
 
Etienne Chéret, portrait 1929
18-20 mai 1929 VIII. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). C.P. Roleo sidecar (sans passager) raison de l'abandon inconnue (Doss. nº 79),  abandon

18-20 mai 1929 
VIII. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). 350 cm³ Cyclecar (Jack Sport) 242 tours, 1011, 560 km. Class.: 1er.

26 août 1929 
Journée des records à Arpajon, Autodrome de Linas-Montlhéry.
Jack Sport Cyclecar 350 cm³:
km lancé: 34''54; 104,226 km/h  -  record du monde battu
Mille lancé: 55''70; 104,514 km/h  -  record du monde battu

12 novembre 1929 Coupe de l'Armistice. Cyclecar "Jack Sport" 350 cm
³. Class.: 1er.
  
 
1930

5 avril 1930 Tour de France Auto Motocycliste. (moto inconnue) (Doss. no. 70). Class.: ?
 
1930, mai IX. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). 350 cm³ Cyclecars, 29,29 m/h dans le 252 cm³ Sphinx-Staub cyclecar de sa propre construction. Class.: 1er ex aequo.
 
25 août 1930 Journée des records à Arpajon, Autodrome de Linas-Montlhéry. Cyclecar 350 cm³ à moteur Staub-JAP :
km lancé: 31''71; 113,528 km/h  -  record du monde battu
Mille lancé: 51''41; 112,694 km/h  -  record du monde battu
25 août 1930, l'après midi à Arpajon: Championnat de France. cyclecar 500 cm³ avec bloc-moteur Staub-Staub.
   
1931
 
23-24 mai 1931 X. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye) 350 cm³ "sidecars, Sphinx" (sic). probablement side inconnu et confusion avec le
Cheret portraitcyclecar Sphinx-Staub (ci-dessous) (doss. no. 56) class.: 2ième
 
23-24 mai 1931 X. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye) 350 cm³ Sphinx. (Pas d'article dans Moto Revue). Class.: ?
 
22 septembre 1931 Arpajon, Montlhéry. Championnat de France de Motocyclisme de  l'U.M.F. Chéret remporte la catégorie cyclecars 500 cm³ dans le cyclecar Sphinx-Staub. 100 km en 1h 15m 31s 2/5, soit à la moyenne de 79,445 km/h.
Il reçoit une médaille le 25 décembre lors d'une célébration dans les salons de la Place de la Concorde.
 
 
25 octobre 1931 Course de Côte de Gometz-le-Châtel. Classement: 1er en catégorie cyclecars 350 cm³ (Sphinx?) 47 s 3/4.
 
 
1932
 
6 mai 1932 Tour de France. Gillet-Herstal 350 cm³. dossard no. 20. Class.: 4iéme.

1932, mai Bordeaux - Pau - Biarritz - Bordeaux. Gillet-Herstal 350 cm³. sans pénalisation.
 
14-16 mai 1932 XI. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). moto inconnue. 500 cm³. Vilebrequin cassé, abandon.
 
14-16 mai 1932 XI. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). 350 cm³ Cyclecars. 252 cm³ Sphinx-Staub. Class.: 1er.

17 juillet 1932 Au Championnat de la Polymultipliée à Chanteloup (cycliste), Chéret et Mme Even sortent vainqueurs de la catégorie tandem sur un tandem Pitard.
 
9 octobre 1932 Arpajon, Montlhéry. Championnat de France de Motocyclisme. avec le cyclecar Sphinx-Staub en categorie "Cyclecars 500 cm³". 1h 49 m 46 sec, moyen de 54,654 km/h. Class.: 1er.
 
24 octobre 1932 Course de Côte de Gometz-le-Châtel. Cyclecar Sphinx-Staub 350 cm³. Classement: 1er. Moyen 54,380 km/h.
 
 
1933
 
12 mai 1933 Chéret participe au Tour de France dans le Groupe Blanc (motos 350 cm³) avec une Gillet Herstal (Dossard nº 26).

1933, mai 
XII. Bol d'Or (St. Germain-en-Laye). 350 cm³ Cyclecars. 252 cm³ Sphinx-Staub. Class.: 1er.

1933, août Paris - Les Pyrénées - Paris. 350 cm³ Gillet Herstal. Class.1er ex aequo, groupe blanc.

1933 Chéret remporte la Coupe de France de Tourisme de l'Union Motocycliste de France (U.M.F.) dans la classe motos 350 cm³ sur Gillet Herstal.
 
 
1934

15 octobre 1934 Course du Kilomètre, Arpajon, Montlhéry. Class.: 1er en categorie Cyclecars à trois roues, 350cm³, dans un cyclecar Villard. 43,605 sec (moyen 82,558 km/h), ancien record de 44,12 sec battu.
 
 
1935
 
 (pas d'activité connu)
 
1936

31 mars 1936 Paris - Nice. Motocyclette. Marque? Class.: ?

22 mai 1936 Tour de France. Vers Avignon Chéret abandonne à cause d'une tige de soupape cassée près de sa queue à la gorge des clavettes.
 

1928, Six Jours d'Hiver, l'équipe Sans-Sou-Pap
Six Jours D'Hiver 1928, l'équipe San-Sou-Pap, victorieuse en Groupe Bleu. Étienne Chéret est à droite.




 



created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved