Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

Les Pilotes

 

On doit la plupart des photos qui suivent au talentueux et infatigable photographe Jules BEAU qui à nos yeux mérite une place d’honneur ici. 

Jules Beau 
Afin de voir un petit hommage cliquez sur le portrait. 
 

Edouard Cheilus sur tricar Austral en 1905
 
Édouard Cheilus, le fondateur de la marque Austral, conduit le tricycle nº 27, muni d'un moteur Aster, lors du Concours de Tri-Cars, organisé par le journal L'Auto, le 10 septembre 1905. Il se classera quatrième. 

Ledit concours a été couru sur le parcours, couvert trois fois, Saint-Germain-en-Laye - Epône - Mantes (33 km). Les deux places du tricar devaient être occupées, le poids total à vide étant compris entre 80 et 200 kg, la capacité du cylindre du moteur ne devant pas excéder 500 cm³. 18 concurrents, sur 21 partants, ont accompli le parcours de 100 km en moins de 5 heures, le 30 à l'heure réglementaire ne devant pas être dépassé.

Le concours a été remporté par Thomas Schweitzer sur un tricar Bozier, licence Austral:
 
Schweitzer sur tricar Bozier, St Germain 1905

La deuxième place est également revenue à un tricar Bozier, licence Austral, piloté par Étienne Giraud:
 
Giraud sur tricar Bozier licence Austral, 1905
 
Étienne "Gaudry" Giraud (*10 nov 1865 à Rochefort-sur-Mer, + 7 nov 1920) était un coureur qui participait aux courses Marseille-Nice, Bordeaux-Biarritz et bien d'autres épreuves sur des voitures de course de marques prestigieuses comme Panhard & Levassor, CGV ou Bollée dans les années 1899-1903. Plus tard il est devenu aérostier et aviateur.
 
Guitard sur son tricar de compétition en 1906

Guitard
 sur son tricycle Austral à moteur Aster au Petit Critérium, Voiturettes et Tricars, organisé par Les Sports, 19 -25 février 1906.
 
Thomas Schweitzer pilote un tricar Austral lors du Petit Critérium 1906
 
Le pilote Thomas Schweitzer au guidon d'un tricycle Austral muni d'un moteur De Dion Bouton au Petit Critérium, 19 - 25 février 1906. Thomas Schweitzer participait aussi aux épreuves de voitures de course, sur une voiture Sinpar par exemple. 
 
Thomas Schweitzer, Tour de France 1906 sur tricar Austral
 
Tour de France, Motocyclettes, Tricars, Voiturettes, organisé par l'Autocycle Club de France et Les Sports 22 mai - 3 juin 1906: Schweitzer a triomphé sur Tricar Austral, muni d'un moteur De Dion-Bouton avec carburateur Vaurs, d'un changement de vitesse Bozier et des pneus Continental.
 
Schweitzer, Tour de France 1906
Tour de France, Thomas Schweitzer, à l'arrivée à la Porte Maillot le 3 juin 1906
 
Etienne Giraud, Tour de France 1906, sur tricar Austral, moteur De Dion-Bouton

Le pilote Étienne Giraud au guidon lors du Tour de France, 22 mai - 3 juin 1906. Le tricar est muni d'un moteur
De Dion Bouton.

 Barenton sur tricar Austral muni d'un moteur de Dion-Bouton. 1906

Barenton
 au guidon du troisième tricar Austral à l'occasion du Tour de France, 22 mai - 3 juin 1906. Son tricar est également doté d'un moteur De Dion Bouton.
 
Paris-Tourcoing 1906, tricars Austral
Barenton (à gauche) et Giraud

Paris-Tourcoing, Thomas Schweitzer sur tricar Austral, 1906
Thomas Schweitzer

Quelques jours après leur retour du Tour de France, le 6-17 juin 1906, les pilotes Schweitzer, Giraud et Barenton ont participé au "Concours International de Véhicules Industriels, Paris-Tourcoing", organisé par l'Autocycle Club du Nord de la France. Pour cette occasion, leurs tricars ont été rapidement transformés en tricars de livraison en remplaçant les baquettes par des paniers (ci-dessus et ci-dessous).
 
Giraud sur tricar Austral, Paris-Tourcoing 1906

Giraud au guidon de son tricar à moteur De Dion-Bouton lors du Concours International de Véhicules Industriels 1906. Il porte le drapeau de la marque Austral. Photo d'un photographe inconnu dans la collection Nick Baldwin.  Merci au British Motor Industry Heritage Trust pour le permis de publication.
 
1928, Gohier sur un tricar Austral de 1905 lors du Championnat de France des trimoteurs industriels

En septembre 1928 Austral engage a
u Championnat de France des motocycles industriels (ci-dessous) de façon hors compétition un tricar de 1905 avec le pilote Gohier

1928, Championnat de France des trimoteurs et motocycles industriels
(agrandir)

Gohier sur tricar Austral, 1928
Gohier sur le tricar Austral "sorti d'usine en 1905" lors de l'épreuve au ralenti qui
faisait partie du championnat des motocycles industriels.  (voir la photo entière).



Portrait de Jean-Théodore Joyeux
 
Jean-Théodore Joyeux, de Castillonnès

Né le 10 novembre 1865 à Tonneins (Lot et Garonne), Joyeux qui était coiffeur à Castillonnès s'illustra par ses prouesses sportives dans les premières années du cyclisme. Il avait réussi un exploit exceptionnel en couvrant 5.114 kilomètres sur une bicyclette acatène de la marque "Métropole" en mai 1895 — les origines du Tour de France.

le cycliste Jean Théodore Joyeux sur une bicyclette acatène
 
En novembre 1905, quoique âgé de 40 ans, Théodore Joyeux a refait son Tour de France - cette fois en tricar Austral, muni d'un moteur Aster, avec le but de prouver les qualités de résistance de ce type de véhicule et de promouvoir la marque Austral.

Le départ de Joyeux pour le Tour de France en tricar Austral, novembre 1905

Le 12 novembre 1905, Joyeux est parti de la place de la Concorde, en face de l'Automobile Club, où il est revenu 24 jours plus tard, le 6 décembre, après avoir accompli son Tour de France. Son tricar était exposé peu après au Salon où l'Austral est dûment célébré.

Joyeux et son passager suivaient l'itinéraire suivant, qui représente un parcours total de 5000 kilomètres environ: Paris, Rouen, Neufchâtel, Amiens Arras, Lille, Valenciennes, Avesnes, Fourmies, Hirson, Mézières, Sedan, Stenay, Verdun, Saint-Mihiel, Commercy, Toul, Nancy, Neufchâteau. Langres, Dijon, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Lyon, Vienne, Valence, Montélimart, Orange, Avignon, Salon, Marseille, Salon, Arles, Nîmes, Montpellier, Béziers, Narbonne, Carcassonne, Castelnaudary, Toulouse, Tarbes, Pau, Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Marmande, Langon, Bordeaux, Blaye, Pons, Saintes, Rochefort, La Rochelle, La Roche-sur-Yon, Nântes, Châteaubriant, Rennes, Fougères, Mortain, Vire, Caen, Lisieux, Evreux, Paris.
Cette épreuve, particulièrement dure à cette époque de l'année, par la pluie, le froid, la neige et les routes détrempées, constitue pour les hommes et la machine qui l'accomplissent, une preuve d'endurance de haute portée.
 
Jean-Théodore Joyeux est décédé le 28 décembre 1938 à Paris.
 
Théodore Joyeux, de Castillonès, accomplit le Tour de France sur bicyclette acatène en 1885 
(agrandir les détails)
Une biographie de Joyeux très détaillée qui couvre surtout sa carrière de coureur cycliste se trouve sur l'excellent blog Le Petit Braquet

 
Joseph Bernadou Dacier
Joseph Bernadou Dacier
Voir le chapitre qui lui est consacré

Étienne Chéret avec une moto Rovin
Étienne Chéret
Voir le chapitre qui lui est consacré

Flahaut, 1928 Six Jours d'Hiver sur moto Austral D 27
Flahaut

Le coureur Flahaut était agent de la marque à Rouen dans les années vingt. La photo ci-dessus le représente comme 1er ex aequo en catégorie 250 cm³ dans l'épreuve des Six Jours d'Hiver en 1928. Il a participé sur une Austral D-27 à moteur LMP 2 temps. 


motocycliste Flahaut sur Indian 1000 cm3 en 1927, Gaillon
Flahaut sur une Indian 1000 cmc, le 25 septembre 1927
lors de la Course de Côte de Gaillon

 





Chapitre créé le 25 janvier 2014
created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved