Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

Cyclomoteur Austral


D'une publicité de 1950 ressort que Marcel Coadou, constructeur, était le nouveau propriétaire de la marque Austral et qu'il construisait des cycles Austral à Caen, dans ses ateliers au 7, rue de l'Arquette. (Voir le chapitre "Austral après 1935").
Coadou ne fabriquait pas seulement des vélos, mais aussi au moins un modèle de cyclomoteur doté d'un moteur Le Poulain. L'exemplaire que nous présentons ici - le seul connu à ce jour - a émergé dans une annonce de vente en 2017.
 
Austral, cyclomoteur années 1950, côté droit
 
Austral, cyclomoteur 1950s, côté gauche
 
Le cadre et la partie-cycle:
 
Le cadre du cyclomoteur correspond aux cadres de bicyclettes pour dames du type "berceau", sur lesquelles le tube diagonal est dédoublé et passe de part et d'autre du tube de selle. Dans le cas du cyclomoteur Austral, la partie inférieure est ouverte pour recevoir le moteur qui est ainsi devenu un véritable composant du cadre. Le pédalier est incorporé au moteur, formant un ensemble qui prend l'aspect d'un bloc-moteur, mais un "vrai" changement de vitesse est absent, car les trois vitesses sont obtenues par un dérailleur (voir plus loin). En arrière, entre le tube de selle et le garde-boue, est placé le réservoir d'essence de 3 litres. Le cyclomoteur dispose de deux freins, un frein à étriers sur la jante avant et un frein à tambour à l'arrière. La couleur rouge carmin foncée du cadre est emblématique des vélomoteurs des années 1950 en général.
 
La question qui se pose ici est de savoir si notre cyclomoteur fut conçu par Coadou ou s'il s'agit d'une fabrication sous licence. Entre la multitude des cyclomoteurs des années 50, dont quantité de cadres se ressemblent étroitement, le seul qui disposait d'un cadre vraiment identique à celui du cyclomoteur Austral était le cyclomoteur Jean Beck.
 
 cadre d'un cyclomoteur Jean Beck, années 1950
 
deux plaques de cadre Jean Beck
Dans sa publicité et sur quelques-unes de ses plaques de constructeur (ci-contre à gauche et ci-dessous) cette entreprise s'appelle "Manufacture de Cycles J. Beck". Le mot "manufacture" souligne le fait que Beck produisait ses cadres lui-même - contrairement à beaucoup des fabricants dans les années 1950 qui se procuraient les leurs auprès des innombrables constructeurs de cadres sans marque.
 
 manufacture de cycles Jean Beck, rue Réaumur, Paris. Publicité
 

Dans sa publicité, Marcel Coadou se définit comme "constructeur". En tant que tel, Coadou a bien sûr également manufacturé ses propres cadres. Étant donné qu'une relation d'affaires entre Beck et Austral n'a pas encore été prouvée, il doit être laissé ouvert pour l'instant si Beck a vendu des cadres de cyclomoteur à Coadou ou vice-versa.
 
Bref aperçu sur Jean Beck:
 
catalogue cycles Jean BeckJean Beck fonde son entreprise en 1939 à Paris, avec ateliers et siège social au 15, rue Réaumur. En février 1939, il célèbre l'ouverture de son magasin avec une action promotionnelle de grande ampleur, car les 20.000 premières bicyclettes sortant de l'atelier sont proposées 40% au-dessous du prix final. Il ne semble donc pas avoir été un petit constructeur. En 1944, Beck a même breveté un système de porte-bagages pour bicyclettes, agencé avec des fixe-paquets extensibles et rentrants dans les tubes mêmes du porte-bagages. (voir les dessins du brevet). Son entreprise est mentionnée pour la dernière fois en 1956 dans les annuaires de Paris. (voir le prospectus ci-contre entièrement. - Vers un autre catalogue des cycles J. Beck). La marque de Jean Beck s'appelait toujours "J. Beck", selon les plaques de cadre, la publicité et les catalogues. C'est une opinion répandue, mais néanmoins infondée que la marque "Le Sauvage" lui aurait appartenu et que J. Beck aurait être racheté par les frères Lejeune dans les années 1950. En réalité, Beck n'a jamais eu des relations d'affaires avec Lejeune.
(Pour la petite histoire: la marque "Le Sauvage" appartenait à L. Sauvage, sis en 1951 au 4, rue du Repos, Paris. À partir de 1953: Sauvage et fils, 190, Bvd de Charonne, Paris, et succursale à Laval, 10, quai Sadi Carnot. À partir de 1959: Sauvage et Lejeune SA, 190, Bvd de Charonne à Paris. (source: diverses enregistrements dans les annuaires de l'industrie et le commerce de Paris).
 
moteur Le Poulain du cyclomoteur Austral
Le moteur Le Poulain du cyclomoteur Austral
 

Le moteur du cyclomoteur Austral, identification et datation
 
Il s'agit d'un moteur Le Poulain, type Cyclobloc, aussi dénommé type Constructeur ou type C de 49 cm³.
À défaut de toute information, nous pouvons évaluer le moteur seulement en fonction de la seule image disponible (ci-dessus). À cette fin, il faut faire au préalable quelques remarques concernant son apparence et ses caractéristiques pour vérifier avec certitude la cylindrée et la période de construction du propulseur du cyclomoteur Austral.
 
Le moteur type C existait en deux versions, l'une de 49 cm³ et l'autre de 85 cm³, cette dernière n'apparut qu'en 1952. Le premier modèle de 49 cm³, appelé "Cyclobloc", fut présenté au Salon en octobre 1950 (ci-dessous, à gauche), conjointement avec un autre moteur qui était adaptable sur toutes bicyclettes à l'aide des colliers sur la fourche avant.
 
deux moteurs Le Poulain, 1950
 
Le "Cyclobloc" a été développé rapidement. Déjà à la fin d'octobre 1950, encore pendant le salon, on travaillait sur une nouvelle version (ci-dessus, à droite) dont nous disposons d'un dessin original sous forme d'héliographie (ci-dessous). Dans cette version, le moteur avait encore un embrayage bidisque et un couvercle gauche plus plat.
 
moteur cyclobloc Le Poulain, 1950. Héliographie, collection de l'auteur.

moteur cyclobloc Le Poulain, 1950. Héliographie, archives de l'auteur.
(Voir le document complet. Archives privées de l'auteur)
 
moteur Le Poulain 85 ccm
La version finale du type C de 49 cm³ avait un embrayage à cône et fut commercialisée à partir de 1951.
 
Cependant, une version d'une cylindrée plus grande, de 85 cm³, fut lancée en 1952 pour répondre à la demande croissante d'un moteur plus puissant pour les cyclomoteurs (ci-contre).
 
Si l'on compare l'apparence externe des deux versions, on peut affirmer avec certitude que le moteur du cyclomoteur Austral  correspond à la version de 49 cm³. Car le moteur de 85 cm³ présente deux différences principales:
 
- le bloc du moteur de 85 cm³ comporte un orifice à sa partie supérieure pour remplir la réserve d'huile qui assure la lubrification de la pignonnerie interne. Cet orifice est absent sur le moteur de 49 cm³.
- Le silencieux de l'échappement est plus rond et plus petit sur le moteur de 49 cm³.
 
À partir de 1952, le moteur de 85 cm³ remplace de plus en plus le moteur type C de 49 cm³.
 
Nous pouvons exclure de nos considérations les nouveaux moteurs produits à partir de 1953, qui diffèrent considérablement d'aspect et qui se distinguent par leurs caractéristiques techniques: il s'agit du "Junior" de 49 cm³ avec transmission chaîne-chaîne et, à partir de 1955, avec servomatic, du "Myster" de 49 cm³ monovitesse (1954), et du "Comet" de 98 cm³ (1954), un bloc-moteur avec boîte de vitesses incorporée dont le cylindre est incliné. La production des moteurs Le Poulain cesse en 1956.
 
moteurs Le Poulain Junior, Myster et Comet
 
Il résulte de toutes ces considérations et remarques que le moteur du cyclomoteur Austral est un type C de 49 cm³.
 
Le carburateur utilisé pour les moteurs type C était soit un AMAC type 912, soit un Zenith 12 MS (ci-dessous). Selon le texte de l'annonce, sur le cyclomoteur Austral en haut de la page, le carburateur original a été remplacé par un autre.
 
Carburateurs AMAC et Zenith pour petite cylindrée, 1950s
 
les deux côtés du moteur Le Poulain 49ccm, 1951
 
Le moteur a l'aspect d'un bloc-moteur, mais il s'agit d'un faux bloc-moteur, car il ne comprend pas de boîte de vitesses.
Les trois vitesses sont obtenues au moyen d'un dérailleur type vélo et des pignons sur l'axe de la roue arrière. Le levier se trouve monté sur le cadre. Le système de synchronisation entre pédalier, pignon arrière et moteur, qui consiste en un train épicycloïdal et un encliquetage automatique sur l'axe du pédalier, permet l'utilisation d'une chaîne de transmission unique.
 
En 1951, le couvercle gauche change son apparence et adopte la forme que nous trouvons aussi sur le moteur du cyclomoteur Austral. L'embrayage bidisque est remplacé par un embrayage à cône cette année-là.
 
Pour toutes ces raisons, on peut conclure que ce cyclomoteur Austral fut construit entre 1951 et 1954, mais décidémment pas plus tard, car en 1954 le dérailleur disparaît en faveur des moteurs avec servomatic, des moteurs monovitesse et des bloc-moteurs avec boîte de vitesses. Le système de chaîne unique fut abandonné en 1954, considéré trop cher et par conséquent pas rentable.
 
dessin du moteur Le Poulain 49ccm, 1951
 
Donnés techniques du moteur type C, 49 cm³
 
Moteur: Le Poulain type Constructeur, 2 temps
Alésage x course: 40 x 39,6 mm
Cylindrée: 49,76 cm³
Puissance: 1,25 cv à 4000 tr/min
Allumage: volant magnétique
Alimentation: carburateur AMAC ou Zenith 12 MS
Embrayage: bidisque commandé (1950); embrayage à cône (1951)
Vitesses: 3 vitesses par chaîne et dérailleur type vélo
Transmission: transmission primaire par engrenages et train épicycloïdal multiplicateur avec encliquetage automatique sur l'axe du pédalier
Réservoir: 3 l
Consommation: 1,5 l / 100 km
Poids: 8,5 kg
Années de construction: 1950-1954
Quantité sortie: 1950: 66.000, 1951: 90.000
 
Ets. Alumintz "Le Poulain"
74-78, rue Danton
Levallois-Perret (Seine) (années 1949-1955)
 
 
 

 

created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved