Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

1907 Type H


 
Bien que le tricar type H ait été presenté aux Services des Mines avec un moteur Aster, il a reçu pendant 1907 un moteur Austral 4 HP 1/2 refroidi à l'eau, que l'on distingue sur les photos ci-dessous, et qui est mentionné dans un catalogue du même année

 
Austral tricar type H 1907 avec coffre de livraison, pub Félix Potin
 
1907 Austral tricar type H avec baquette de passager

Deux tricars du type H à moteur Austral 4 HP ½ refroidi à l'eau.
La boîte de vitesses Bozier est montée sur le côté droit.

Les caractéristiques techniques du tricar type H selon le document descriptif:

Moteur: Un moteur AUSTRAL de 4 HP ½ , à essence de pétrole actionné à l’essence de 680° à 700° ayant un seul cylindre vertical de 84 mm d’alésage et 90 mm de course. Il est équipé d'un carburateur VAURS à pulvérisation et niveau constant. Sa vitesse de rotation est de 1800 tours maximum par minute, le mototricycle en palier et en grande vitesse. Ce nombre de tours peut être diminué en agissant sur l’admission de l’air servant à la carburation et le retard à l’allumage. Ces dispositifs sont actionnés par des manettes.
L'allumage électrique par étincelle de rupture d’un courant est produit par une batterie de piles sèches ou accumulateurs et une bobine d’induction.
Le refroidissement s'effectue par la circulation compléte d’eau et par la méthode du thermo-siphon. Le refroidissement a lieu dans un réservoir radiateur genre nid d'abeilles, en cuivre poli, placé à l'avant du guidon. La contenance de ce réservoir est de 10 litres environ.
Le pot d’échappement annulaire de 10 cm de diamètre mesure 30 cm de longueur. Réservoir d’essence avec robinet d’arrêt à l’origine de la tuyauterie. Réservoir d’eau contenant 10 litres environ, placé à l’avant du tube de direction, en charge sur le radiateur.

Changement de vitesse: Il est du modèle BOZIER (2 vitesses et débrayage).  Sur l’axe du moteur est placé le dispositif d’embrayage et de changement de vitesse dont l'extrémité est soutenue par un palier à billes. L’embrayage est du type conique à friction garni de fibre et n’est en prise qu’en grande vitesse. Le changement de vitesse se compose d’un train épicycloïdal contenu dans une boîte métallique faisant corps avec le cône d’embrayage. En grande vitesse, les pignons satellites ne sont pas en mouvement relatif les uns par rapport aux autres. En petite vitesse, au contraire, ils démultiplient l’effort exercé par le moteur. La petite vitesse s’obtient en immobilisant, au moyen d’un ruban garni de cuir faisant office de frein, la boîte métallique contenant les pignons satellites, qui entrent alors en mouvement relatif. Le débrayage s’obtient en desserrant ce frein, ce qui laisse tourner sans prise la boîte métallique sur l’arbre du moteur. La grande vitesse s’obtient en maintenant ce frein desserré et en mettant simultanément en prise le cône d’embrayage. Ces manœuvres se font à l’aide d’un seul levier à main se déplaçant sur un secteur denté.

Transmission: La transmission de la force du moteur à la roue arrière se fait par une chaîne directe. Le rapport entre le pignon placé sur l’axe moteur et la couronne dentée réceptrice fixée à la jante de la roue arrière varie selon le  nombre de dents du petit pignon qui peut avoir 8 à 10 dents. La couronne arrière a toujours 55 dents.
Le type H série 2 comporte des roues métalliques de 650 X 65.

Freins: Au nombre de deux, agissant au moyen de rubans métalliques garnis de cuir sur deux tambours d’acier de 180 mm de diamètre fixés sur le moyeu de la roue arrière, de part et d'autre de celle-ci. La commande de ces freins se fait par des tringles rigides et des pédales fixées sur les repose-pieds.

Poids: En ordre de marche, sans voyageurs, environ 200 kilos dont 145 sur l’essieu avant et 55 sur la roue arrière.


Le tricar type H, série 1, fut homologué par les Services des Mines de Paris le 2 mars 1907. L'essai a été effectué sur la machine nº 600. 
 


 
created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved