Motocyclettes Austral
...et aussi les tricars, les bicyclettes, la Nautilette...

Tricar Albert Jean


Le tricar Albert Jean. Photo et dessin publicitaire
 
Pour en savoir plus sur le développement de ce tricar et sur son constructeur, voir le chapitre "Albert Jean".

Mototricycle baptisé "Tri-Balladeur"

Chassis: avant train non amovible, direction articulée et commandée par un guidon (système A. Jean).
Sans suspension (seulement le siège avant est suspendu).
 
Moteur: A. Jean & Cie, monocylindre à essence, puissance 2 – 2 CV ¼, avec culasse ailettée ou refroidie à l'eau. Dans ce cas, circulation de l'eau par thermosiphon, avec un réservoir d'eau placé sur le pare-boue arrière et un radiateur tubulaire en serpentin sous le réservoir d'essence.
 
Le moteur est le même que celui qui équipait déjà la moto légère d'Albert Jean. En raison du grand volantmoteur Albert Jean extérieur, le carter est très petit et coulé d'une seule pièce. Pour visiter l'embiellage, on dévisse les 6 écrous qui maintiennent en place le couvercle portant le nom du fabricant. Le cylindre et la culasse détachable sont montés sur deux colonnes d'assemblage qui, par manque de place, sont fixées au moyen de deux attaches coulées sur le dessus du carter, aux deux côtés du cylindre. Le sommet de la culasse porte un robinet de décompression et la pipe avec la soupape d'admission automatique. Celle-ci se trouve au-dessus de la soupape d'échappement commandée, dont on aperçoit le ressort. La bougie est vissée horizontalement dans la culasse ailettée verticalement.
Le même moteur existait aussi avec une culasse refroidie à l'eau, dont la soupape d'échappement est entourée d'une chemise d'eau. Le cylindre ailetté reste refroidi à l'air (refroidissement mixte).
(source photo du moteur à droite: zhumoriste)

Transmission: par courroie, sans changement de vitesse.
 
deux vues du tricar Albert Jean


Mototricycle Albert Jean, deuxième version

 Mototricycle Albert Jean, deuxième version
 
Châssis: en tubes d'acier manchonnés, de construction presque identique à celle du Tri-Balladeur, mais la colonne de direction est ici inclinée et le logement du pédalier est supprimé. L'avant train est fixe, la direction à fusées directrices est commandée par un guidon.
 
Moteur: A. Jean & Cie, monocylindre à refroidissement entièrement par eau, d'une puissance de 2 CV ½. Le bas moteur avec le grand volant extérieur semble être de construction identique que celui du Tri-Balladeur, mais le cylindre est boulonné sur le carter.
Le système de refroidissement comprenant: un réservoir cylindrique placé sur le garde-boue arrière et un radiateur tubulaire à ailettes, qui est coudé en serpentin et en étages. Le radiateur est monté, avec les étages disposés verticalement, à l'intérieur du cadre, comme sur le prédécesseur. L'eau circule par thermosiphon.
 
Allumage: par batterie de piles ou accumulateurs, bobine et trembleur.
 
Transmission: par courroie et embrayage probablement à cône, placé sur le moteur.
 
Vitesse maximale: 35 km/h.


 
created by Dominique Svenson 01/2014. All rights reserved